Les formes d'outils lithiques

 

Le biface (outil présenté: Moustérien, -80 000 à -40 000 ans)

C'est l'outil typique du paléolithique inférieur, périodes Abbevillienne et Acheuléenne. Les premiers bifaces dateraient de -750 000 ans. Certainement outils à tout faire, leurs formes peuvent être variées, mais toujours taillées sur leurs deux faces. Certains bifaces atteignent 20 cm de haut. Cet outil sera encore présent au paléolithique moyen, on parlera alors de Moustérien de tradition acheuléenne, mais souvent ces bifaces seront de taille plus modeste.


La pointe Moustérienne (outil présenté: Moustérien, -80 000 à -40 000 ans)

Outils du paléolithique moyen. Les pointes moustériennes sont planes sur leur faces inférieure; la face supérieure est travaillée et le contour de la pointe est muni de retouches. Elle était certainement enmanchée pour servir de pointe de lance.




Le perçoir (outil présenté: Moustérien, -80 000 à -40 000 ans)

Le perçoir va permettre de perforer des matériaux aussi divers que du bois, un os, une coquille, de la peau ou une pierre tendre. Cet outil présente une pointe dégagée du reste du support. Sa taille très variable est adaptée au type de travail voulu.




Le Grattoir (outil présenté: Aurignacien, -40 000 à -30 000 ans)

Outil très fréquent, le grattoir est composé d'une face inférieure plane, et d'une face supérieure travaillée. Dans la forme simple, un front semi-circulaire est dégagé. Les variétés de grattoir sont nombreuses. C'est souvent un outil mixte, grattoir sur un front et burin par exemple à l'autre extrémité. Les usages de cet outil sont multiples: il sert à gratter les peaux, à travailler le bois... A la fin du paléolithique vont se multiplier les micro-grattoirs dont certains mesurent moins de 1 cm de                                     diamètre.


Le Couteau (outil présenté: présumé néolithique)

Outils commun, n'importe quel éclat de silex peut servir à couper. Le couteau se présente donc en éclat, la face inférieure souvent plane, la face supérieure travaillée. Le tranchant n'est pas retouché. Le dos du couteau peut être fait de retouches abruptes pour éviter de se blesser, ou bien laissé brut, le cortex du silex étant encore présent, on parlera alors de couteau à dos naturel.



Le Burin (outil présenté: Aurignacien, -40 000 à -30 000 ans)

L'appellation des outils ne correspond pas toujours à leurs usages supposés. Aussi le burin est dénommé ainsi car sa fabrication nécessite une percussion en bout de troncature. C'est la technique du coup du burin. Cet outil au biseau tranchant et robuste permet de creuser un sillon dans certaines matières dures: de l'os ou des bois de cervidé.



La pointe perçante (outil présenté: présumé Néolithique)

Ce type d'outils de petite taille apparait au Mésolithique. On attribue à cette periode l'invention de l'arc. Cette petite pointe de silex, fixée au bout des flèches, était utilisée comme armature.





La hache polie (outil présenté: Néolithique)

On nomme hache polie l'outil tranchant en pierre qui était fixé à un manche en bois. C'est l'outil typique du Néolithique. Plus qu'un outil de débitage, car des haches taillées existaient de longue date, la hache polie va devenir un emblème à en croire les très nombreuses représentations gravées. Durant la période de l'Age du bronze, qui succédera au Néolithique, l'homme a utilisé en monnaie d'échange des haches à douille composées de cuivre et de plomb (beaucoup trop de plomb pour les rendre utilisable). Pour que les haches à douille soit acceptées, on peut supposer que cette pré-monnaie vient de plus loin et tire son origine dans les haches polies du Néolithique.